Témoignage de Nathalie Jacquel à propos de Mme Schmitt

MERCI MADAME SCHMITT,

Vous avez commencé à enseigner à l'Ecole Normale de Sélestat l'année où je suis née. Vous y avez terminé votre carrière quand j'y étais normalienne

J'ai donc eu la chance d'être votre élève et j’en suis très fière, je vous en suis très reconnaissante. De vos cours je retiens surtout votre guidance dans la réflexion.

Plus que de cours magistraux, je me souviens des débats passionnés que vous animiez, des questions que vous nous posiez, votre premier souhait était d'éveiller nos sensibilités et de nourrir la réflexion de nos jeunes esprits en formation. Les questions que vous aviez soulevées se discutaient encore avec passion dans les couloirs, dans les voitures…

Le CIDH était déjà fondé, c’était une petite pièce tout en longueur, remplie d'ouvrages sur  des étagères débordantes, votre mini bureau tout au fond. Cette petite pièce éclairée par la lumière d’une fenêtre, ouverte sur le magnifique parc de l'Ecole Normale, toute remplie de  vos idées de liberté et de justice,  de votre sourire plein de douceur, éclairait tout le Centre et faisait rayonner nos têtes de futurs éducateurs.

Je vous connais peu Madame Schmitt, mais vous avez marqué ma carrière d'enseignante ! Vous êtes devenue un modèle éducatif, moi qui n’avais subi que la méchanceté et le rabaissement de la part de mon maître à l’école élémentaire. Comment  ne pas déployer toute son énergie pour inculquer le respect de la parole et de la pensée de chacun, le vivre ensemble dans un monde en plein tumulte et en pleine mutation ?

Me voici toujours membre de ce CIDH, 25 ans plus tard, pour essayer de continuer à promouvoir le respect des droits humains dans un monde en plein tumulte.

Et cependant, difficile de croire encore en ces valeurs... Mais tout aussi difficile voire impossible d’y renoncer.  Elles sont la base même de notre pédagogie et la mission que vous m’avez transmise, c’est de les cultiver, de  les répéter encore et toujours à mes jeunes élèves, pour développer leur sensibilité d’enfants, d’adultes citoyens en devenir.

Est-ce là le chemin pour un monde meilleur, un monde plus doux, des relations plus apaisées ?

Oui, je le pense. Alors, chaque année, avec l’ensemble des classes de mon école, j’emprunte le sentier que vous m’avez tracé et j’emmène les élèves visiter une exposition au CIDH, participer à des ateliers. Les enfants sont invités à réfléchir, à s’exprimer, la parole se délie, la réflexion s’amorce, l’enfant a réfléchi, il a grandi, quelques petites graines sont semées à chaque visite, pour chacun.

Mille mercis Mme Schmitt.

Nathalie  Jacquel, votre élève.


PETIT RAPPEL HISTORIQUE DES 40 ANS DU CIDH

-1984 Lucienne Schmitt, professeur de philosophie et psychologie à l’Ecole Normale créé un groupe de travail de maitres formateurs avec un module « Droits de l’Homme » pour les étudiants et une Bibliothèque des droits de l’Homme
-1989 Création de l’association pour le développement des activités du centre des droits de l’Homme qui devient en 1997 Centre international d’initiation aux droits de l’Homme présidé par Lucienne Schmitt
-2005 Déménagement du CIDH au 16b place du marché aux choux. Renée Weber devient présidente, Lucienne Schmitt prend sa retraite et devient présidente d’honneur
-2006 Création du « chemin de la mémoire et des droits de l’Homme »
-2012 Un nouveau président Georges Stirnemann lance avec la ville de Sélestat le Livret des droits de l’Homme à Sélestat le jour de l’Inauguration de la « passerelle des droits de l’Homme »
-2018 Mise en place d’une gouvernance collégiale avec 5 coprésidents et création du
«collectif pour le respect des droits de l’Homme » et des ciné-débats mensuels avec 5 autres associations locales (Cimade, CCFD Terre solidaire, ACAT, Amnesty International et Cent pour un)
-2019 Déménagement au 1er étage 16c place du marché aux choux et
-2020 Publication du livret du chemin de la mémoire et droits de l’homme devenu « Parcours européen pour la paix et la prévention des crimes contre l’humanité » avec inauguration de nouvelles plaques dans les différents lieux de mémoire



Derniers billets postés

Ciné-débat des Droits Humains le 6 février 2024 à 20h30 au Sélect

Ciné-débat des Droits Humains le 6 février 2024 à 20h30 au Sélect

En 2017, le réalisateur arménien Hakob Melkonyan hérite, grâce à l’ouverture ...

Lire la suite

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Identifiez vous pour poster un commentaire.

Haut de page